Lo Chamin de la font, blog occitan de Jean-Pierre Reydy (Jan-Peire Reidi)

12 novembre 2023

PATZ E LIBERTAT

 

PATZ E LIBERTAT

 

Dins son discors d’acceptacion dau Prèmi alemand de la patz diumenc passat (1), Salman Rushdie parlet de la patz, de la libertat e daus contes coneguts en Índia, son país de naissença, jos lo nom de Panchatantra.

Un rei lion plan bonevolent e un buòu pasible vengueren amics a pus poder se parcir. Lo lion, que passava tot son temps a blagassar coma lo buòu, ne’n obludava de chaçar e laissava los animaus crebar de fam. Dos chacaus sorniauds e ambicios fagueren creire au lion que lo buòu enginjava quauque meschant torn contra se, e au buòu que lo lion lo voliá tuar. Se bateren. Lo lion tuet lo buòu. Las béstian fugueren contentas d’aver de que minjar. 

Dins los contes de la Panchatantra, los bons ganhen pas totjorn contra los coquins. Vivem parierament dins un monde « sens morala e sens vergonha, un monde de traitesa e de rusa ». Aüei, çò-ditz Rushdie, « la patz es coma una fantasiá que nos ven d’una dròga fumada dins una pipa ». Volem la patz, mas es plan malaisat de la trobar, en-defòra de nautres mai en dedins. 

Rushdie a dins l’idéia d’escrir un conte titolat « L’Òme que reçaubet lo prèmi de la patz ».

Dins un vilatge ente an costuma de donar daus prèmis per la pus gròssa coia, la pus genta dròlla, l’estimacion dau pes d’un pòrc, e ch. a. un còp per an, quauque còuportaire promes d’acordar daus prèmis plan braves aus laureats. E lo veiquí de distribuir daus prèmis dins de las botelhas marcadas Veritat, Beutat, Libertat, Bontat, Patz. Los premiats plan deçaubuts aurian mai aimat tucar daus sòus ! Quand lo còuportaire donaire de prèmis tòrna l’annada d’après, es plan mau reçaubut. Lo que a begut la botelha de la Veritat, ditz aus uns e aus autres tot çò que pensa de ilhs, e se fai plan mau veire. Los vilatjauds pòden pus sufrir la Beutat venguda aguissabla de gloriosetat. Son plan chucats per la Libertat que se creu tot permes. Viren l’eschina a la Bontat que vòu estre una senta. E voldrian plan li boissar son sorire, a la Patz que demòra ’quí, sietada jos un aubre, quand la gent s'afanen per surtir de totas lurs dificultats.

La destinada de Salman Rushdie fuguet de beure la botelha de la Libertat. Rencura pas d’aver tastat ’quel « elixir ». Quò li a permes de far lo trabalh que a totjorn volgut far, çò-ditz ; son vint-e-dosesme roman vai pareitre dins gaire de temps. « Lo vin de la libertat » es una bevencha plan dangeirosa per los escrivans. L’exercici de la libertat los opausa a las fòrças de la « non-libertat » (unfreedom).

Rushdie ne’n ditz pas mai sus lo dangier que a pesat sus sa vita a tot moment despuei la fatwa de Khomeini en 1989, mai de l’atemptat au coteu de Nuòva Iòrc en 2022 ente perdet un uelh, l’usatge d’una man, e se’n fautet de ren que fuguès tuat.

Rushdie a l’aer de dire que la patz ven après la catastròfa finala, e gaire autrament. Discors pessimiste plan estrange venent de quauqu’un que accepta un Prèmi de la patz. De mon costat, sabe, coma George Orwell que « lo pieg ’rieba totjorn »  (“the worst always happens”), mas l’einnocent que sei vòu creire que la diplomacia pòt trobar los equilibris geopolitics que nos podrian tornar la patz durablament. L’acòrd dau Divendres sent en 1998 entre los Protestants e los Catolics en Irlanda dau Nòrd es un exemple de patz tornada avant la fin d’un conflicte sens  la victòria d’un biais o de l’autre.

(1) Article paregut dins The Guardian, The good guys don't always win': Salman Rushdie on peace, Barbie and what freedom cost him, Wed 8 Nov 2023

  

A Marennes lo 12 de novembre de 2023

Posté par jpreydy à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 novembre 2023

MA GUÈRRA D'ARGERIA, un filme de Patric Vau

Ma guèrra d’Argeria, un filme de Patric La Vau

 

Coneissem plan lo cineasta occitan Patric La Vau que filmet dos filmes en Perigòrd : Lenga d’Amor en 2012 per la felibrejada de Pueg ’Gut, mai, en 2016, Una Pensada sauvatja, consacrat a l’escrivan, ensenhaire e contaire Micheu Chapduelh. De mai, lo Patric es l’autor d’una trentena de filmes en occitan que presenten daus personatges remarcables de Gasconha, en particular lo grand poeta Bernat Manciet. Dins son darnier filme, Ma guèrra d’Argeria, un òme plan interessant e estachant, Claudi Assemat, nos conta « sa » guerra, çò que a vut e viscut. Son daus sovenirs pas aisats de dire, que li pesavan, mas que ne’n parlava jamai.

Lo filme fuguet projectat dissades passat 4 de novembre a Marton, en Charanta occitana, a l’iniciativa de Micheu Nicolas e de l’IEO-16, en preséncia de Patric La Vau e de Claudi Assemat.

 

La fòrça d’esperit e la sinceritat, la qualitat de l’elocucion occitana, de ’quel òme de 86 ans fan que son istòria personala, contada pausadament emb una granda qualitat d’elocucion occitana, ven un tesmonhatge doloros. L’espectator es coma sumsit per la clardat d’un recit ente totas las paraulas son pesadas, mai per la violéncia de crimis de guerra que se pòden pas esfaçar.

Nascut en 1936 dins la Montanha negra entre Masamet e Carcassona, Claudi Assemat aviá nonmas sa prumiera partida dau bachelierat quand passet lo conselh de revision. Quo era pas un diplòme complet e fuguet marcat sus lo libreton militar : « Sait lire et écrire ». Après una « formacion » de parachasudista a Albi, partit en Argeria. Fuguet nommat maréchal des logis (sergent), comandant d’una seccion de 34 òmes. En tot, faguet 30 mes de servici en França e en Argeria, per l’amor que fuguet oblijat, passat lo servici obligatòri, de s’engatjar puei de se tornar engatjar dos còps.

Quand partit a l’armada en 57, aviá « una sensibilitat politica » ; era membre de l’UGS (Union de la Gauche Socialiste), una formacion compausada en partida de dissidents de la SFIO, dau PCF e de militants de Témoignage chrétien que venguet pus tard lo PSU. Gaire de monde eran opausats a la guerra, presentada en França coma « una operacion de manten de l’òrdre ». Claudi Assemat analisa emb beucòp de luciditat coma, un còp ’ribat « sus lo teatre de las operacions », un jòune òme que aviá gaire enviá de far la guerra es oblijat de tirar dins la direccion d’ente venen las balas, emb l’idéia de pas estre tuat o de far fugir los que li tiren. E vei lo ’quí vengut « un militar ». Au contrari d’autras companhias, comandadas per daus sauvatges, son capitani eissàia de menar « una guèrra pròpra », chausa impossibla.

Pas aisat de dire ’quilhs cinc « fachs » que a chausits per contar los sovenirs que l’an tant  « tafurat », que ne’n a fait daus meschants raibes (« sòmis ») de las annadas de temps. Li fau una granda fòrça de volontat per dondar son emocion avant de nos contar chascun de ’quilhs cinc eveniments. Tres de ilhs son daus crimis de guerra que a vuts de sos uelhs. : colleccion de colars d’aurelhas, preisonier esgorjat, e lo darnier, lo pieg de tots : exercicis de tir dau canon sus un tropeu d’ovelhas, sus lo bargier e lo pitit dròlle que l’acompanhava. Quand era pitit, Claudi Assemat, aitot se, gardava las ovelhas de sos grands-parents dins la Montanha negra...

Que pensar de la letra d’excusas dau FNL (òc !) per son error, après una embuscada de la companhiá de Claudi Assemat ? Los avian pres per una autra companhiá, daus sauvatges que violavan e massacravan la gent. Barbariá daus uns, dignitat daus autres.

Aprenem aitot que l’armada francesa practicava los bombardaments au napalm. Claudi Assemat poguet sauvar au darnier moment los 34 òmes de sa seccion quand comprenguet que s’aprestavan de los bombardar « per error ».

Visquet longtemps emb sos traumatismes après la guerra. Li fuguet impossible de tesmonhar. Pas un de sos articles fuguet publicat dins los jornaus. Quo era mau vut de « criticar la França », e quitament dangeiros a l’epòca daus atemptats de l’OAS.

Quand lo rideu se barra, la sala amudida per l’emocion espera un long moment avant d’aplaudir. Mercés, Claudi Assemat. Mercés, Patric La Vau, d’aver meritat ’queu tesmonhatge.

 

A Javerlhac, lo 5 de novembre de 2023

 

Posté par jpreydy à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2023

BREÇAIRÒLA COSACA

Veiquí ma revirada d’una « breçairòla cosaca » escricha en 1838 per lo poeta russe Mihaíl Lermontov (1814-1841). Lermontov participet a la guerra menada per l’armada russa contra los pòbles de Caucase.

Per l’anecdòta, vos rapelas benleu que a la fin dau debat de Chirac e Jospin en 2002, Chirac citet : « Lo Chechen ferotge afila son coteu ». Trobaras benleu coma me que ’quela breçairòla « de guerra » a un son esritjos ’questes jorns…

 

BREÇAIRÒLA COSACA

 Mihaíl Lermontov (1838)

 

Duerm, mon gente pitit dròlle,

Som-som, som-som.

Pasiblament lo creissent clar,

T’espia en ton breç.

Ieu te vau contar daus contes,

Chantar ’na chançon ;

Duerm doçament, barra tos uelhs,

Som-som, som-som.

 

Sus las peiras cor lo Terec,

L’aiga bat lo ròc :

Delai lo Chechen ferotge

Afila un coteu ;

Mas ton pair es un vielh sodard,

Un valhent guerrier :

Duerm, mon pitit, sias tranquille,

Som-som, som-som.

 

Aprendras, quand to temps vendrá,

Lo mestier de guerra ;

E ardit, lo pè a l’estriu,

Prendras ton fusilh.

Sela de seda brodarai

Dau chavau guerrier.

Duerm, duerm, mon enfanton, mon filh,

Som-som, som-som.

 

Auras mina de chivalier,

Anma de Cosac.

Surtirai te ’visar partir –

Levaras la man…

Tota la nuech amarament,

Sola purarai !..

Duerm, mon angel, suau, doçament,

Som-som, som-som.

 

Desconsolada esperarai,

Migrarai de tu ;

Sirai la nuech a m’esmajar

Lo jorn a prejar,

E pensarai que t’einoias

Tan loenh dau país…

Duerm ; un jorn vendran los einuegs,

Som-som, som-som.

 

Te donarai, per lo chamin,

Un imatge sent :

Lo gardaras, en prejar Diu,

Plaçat sus ton cor ;

Avant lo dangier dau combat,

Òc, pensa a ta mair.

Duerm, mon gente pitit dròlle,

Som-som, som-som.

 

A Marennes, lo 14 d’octòbre de 2023

Posté par jpreydy à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 septembre 2023

L’AMOR BIÒ, ÒC !... MAS ENTE ?

L’AMOR BIÒ, ÒC !... MAS ENTE ?

 

Dins lo jornau de ier (Sud-Ouest edicion Dordonha, 22-09-23, p. 12), un article parla d’un òme de cinquanta-cinc ans, representant de comerci, e d’une femna de cinquanta ans, infirmiera, que fugueren susprés pendent que eran plan ocupats a se far amic sus una plaça de picanica (quo es lo mot !) au bòrd d’una rota en Perigòrd. Quo era lur prumier rendetz-vos. Se, demorava en Gironda, ela, en Corresa ; avian chausit un endrech a mieg chamin. Una femna portet los uelhs sus ilhs pendent que se permenava coma sa pita dròlla de 8 ans. La dròlla fuguet « plan chucada », çò-ditz la mair. 

La femna bien intencionada creguet bien far de far venir los gendarmas. Disset pas que voliá pas veire ’queu brave pitit coenh pròpe e trenquille venir un bicadròme de comerci sexuau o ben un merchat de drògas. Queraque, voliá defendre la morala publica.

« Las fòrças de l’òrdre », que avian ren de pus important a far, se fagueren pas prejar per anar còp sec constatar lo delicte. Qui sap ? Volian benleu pas ’ribar  après l’espectacle. Chercheren pas a perdre dau temps exprès e fagueren pas sislar lur sirena avant d’apruchar per lur laissar lo temps de se malinar, coma auriam fait a lur plaça. Pareis que los dos galants los auviren quitament pas venir ; contunheren lurs pitits afars sens ren veire. Eran pertant pas de la generacion de las annadas seissanta, quante trobavatz  quauques còps daus hippies au chamin sus los quites sendareus de randonada : « Esperatz un pitit moment, avem pas enquera ’chabat ! ». 

A la gendarmariá de Sench Astier un oficier de polícia judiciara que colhonava gaire condamnet l’òme e la femna per « exibicion sexuala ». Los dos amoros sabian pas que las mairs e lurs pitits venian sovent se permenar dins ’quel endrech retirat que avian chausit per lurs calinarias.

Quand era un goiat de son atge, auriá pas estat tan chucat coma la dròlla. Crese ben que quò m’auriá quitament interessat ! Los goiats daus vilatges, que jugavan au medecin coma las dròllas, coneissian quauques juecs pas tot a fet de lur atge. Avian sovent vut pieg que quò quand fasian au cachareu. A-quò fait de me un pervers porcassier incapable de respectar las femnas e d’aimar d’amor ?  Diu mercés, podiam pas enquera ’visar daus filmes pornòs sus daus telefonets !

« Laissa-los tranquilles. Deurian pas estre ’quí » : Es-quò pas çò que diriam a un mainatge a la plaça de la mair, vos e me ? Pas de onta, pas de drama, pas d’escandale. Si la mair ne’n aviá pas fait de cas, la pita fugués pas estada « chucada ». Curiosa, perdiu, mas segur pas « traumatizada ». 

Quò me fai pensar au còp que, a París, me, ma femna e nòstre goiat de sieis ans surtirem dau metro Halles per anar au Centre Pompidor e nos troberem dins la charriera Saint-Denis. Lo dròlle se damandava plan çò que totas ’quelas femnas esperavan sus lo trepador, mai volguet entrar dins un  « pitit teatre » ! Me rapele pus çò que li responderem, mas nos poguerem pas retener de rire e las femnas que z’auviren de s’espofidar.

Darnierament, daus extremistas catolics e musulmans en Belgica manisfesten ensemble contra los cors d’educacion sexuala dins las escòlas. En França, beucòp de collègis privats refusen aüei d’organizar la vaccinacion daus dròlles e de las dròllas contre lo papilhomavirus. Lo vaccin garantis los jòunes dau cancer de las partidas sexualas quand son pus vielhs. Per pas se veire oblijats de lur explicar per que se fau far vaccinar, los provisors disen que quo es pas lur trabalh. Sabe pas si lo bon Diu punis lo pechat de charn, mas vòle creire que nos damanda pas d’estre béstias e crudeus dins nòstras vitas d’òmes o de femnas e de ciutadans.

Es loenh l’epòca que l’infirmiera de nòstre liceu donava daus preservatius tant qu’a bon compte aus dròlles de seconda sens lur pausar de questions. Quò venguet un juec per los goiats tots los diluns matins ; fasian benleu a lo que ne’n ’massariá lo mai. Lo provisor, un òme plan dubert e serios dins son mestier d’educator, cujava pas far comprener a ’quela brava femna d’infirmiera que fasiá coma me, era pas tròp fina, que son ròtle pedagogic era de garantir la santat daus jòunes preissats d’aprener la vita, sens aver l’aer de lur dire : « Bicatz, bicatz, dròlles ! Veiquí de que. » Los goiats me disseren que quauques uns vendian las capòtas aus pus vielhs, o ben las uflavan per far los balons de lurs festas d’anniversari.

La femna de l’article de Sud-Ouest aguissiá pro l’amor e aguet pro de chaitivetat per apelar los gendarmas. Çò-disent per « protegir » sa dròlla. Mas li laisset creire que l’amor era quauqua ren de sale, òrre : quauqua ren de mau. Per la pita, çò que l’òme e la femna avian fait deviá estre greu per que sa mair fase entau venir los gendarmas, coma per arrestar los raubaires o ben empaichar los òmes de borrar lur femna. Soatam que aura obludat ’quela leiçon de morala desnaturada quante sirá pro granda per aimar e estre aimada.

Sus la mesma pagina dau jornau de ier, legissem que una persona fuguet tuada e una autra endechada dins una collision frontala sus l’autorota A89. Malurosament, los gendarmas avian pas fait pro viste per ’restar la femna de 62 ans que aviá pres l’autorota a contra-sense. « La chair est triste, hélas ! », mai que mai quand es mòrta.

A Marennes, lo 23 de setembre de 2023

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par jpreydy à 14:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

18 septembre 2023

MON PITIT LEXIC OCCITAN

MON PITIT LEXIC OCCITAN

 

Chat : Lo chat lecha lo chin, lo chin lecha lo chat.

Chin : Lo chin lecha lo chat, lo chat lecha lo chin.

Lo fau pas estachar emb de las saucissas.

Teici, raca de chin !

Chas nos : Chas nos van chiar dins los coenhs ; la Terra es pas ronda.

Chaud : Lo pus chaud es a l’aiguiera.

Cho ! Quo es l’arma daus mòrts que tòrna… Auv Pairin !

Diable : Quand lo diable i siriá !

Entau : E pas autrament.

Far : Fai coma me, es pas tròp fin.

Fin : Coma l’ambre. Lo nas de Picatau era fin coma l’ambre.

Mai : Mai riche que tu mai que me.

Marchar : Coma los chins de marchar pès nuds.

Minjar : Minja çò que te fai plaser !

Pan : Un bocin, un tròç, un talòs, un talhon, un eschalon… quò fai pas un chanteu.

Paubre : los paubres maluros, los paubres vielhs, los paubres mòrts, lo paubre bolgre, lo paubre chen… Paubre einnocent ! Ailas, mos paubres dròlles !

Plen : Defòra z’es pas. (cf. chin)

Plòure : Plòu-quò, pitit ? Plan, pair, plòu. 

Lo solelh ràia mai quò plòu, lo bon Diu ten son filhòu. 

Pòrc : Emb lo respect que vos deve.

Prat : Dins ’queu pitit fons de prat, tot lo long d’un boisson, mon doç bargier a una flaüta…

Sòus : Mielhs vau los minjar que los perdre.

Son bien adrechs per aver los sòus de la gent !

Trabalh : Durará mai que nautres.

Vin : Vau ben un viatge.

 

A Javerlhac, lo 17 de setembre de 2023

Posté par jpreydy à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 septembre 2023

LOS VIELHS, LOS JÒUNES

LOS VIELHS, LOS JÒUNES

 

Los jòunes viven dins las grandas vilas, los vielhs a Javerlhac.

Daus jòunes, benleu elevats dins una familha patriarcala africana, laissen lur plaça aus vielhs dins lo metrò. Los autres demòren sietats, parlen tot sols a lur chause dins l’aurelha, escriven sus lur telefonet.

Los vielhs son pas espés au mitan de tots los jòunes dins las charrieras de la metropòli. Se senten vielhs.

Los vielhs son ’bilhats coma a la fin dau segle passat.

Las jòunas dròllas son ’bilhadas de chamisetas que lur crueben pas l’embonilh e de culòtas blanchas que laissen veire lurs jarras nudas. La brava peu lena de lurs jarras pòrta daus dessenhs plan òrres per ’bismar lo còrs plan gente que lo bon Diu lur a donat. Los dròlles, ’bilhats de culòtas que lur ’rieben aus janoelhs, an daus dessenhs sus los braç e sus lurs chambas borrudas.

Los vielhs se sieten a taula per minjar. Los jòunes esperen lur torn a la bolenjariá per ’chaptar daus entrepans e de la piqueta sucrada venduda dins de las bóitias de conserva. 

Los jòunes cònhen beucòp de besunha chara mai gaire jauventa dins lur jòune còrs. Los jòunes maluros saben se far dau mau.

Los jòunes parlen beucòp, longtemps, redde, pas pro fòrt. Parlen pas parier coma los vielhs. Los vielhs comprenen pas, auven pas.

Los vielhs parlen entre ilhs de lurs prostatas, lurs medecins, lurs dolors au janoelh, a l’ancha, l’espatla, l’eschina. Passen un mes en cura tots los ans per tornar jòunes.

Los jòunes van a daus concerts e de las bóitias que menen beucòp de bruch.

Los vielhs que pòden fan de las randonadas per pas venir vielhs. Van escoltar de la musica mai delicada que la daus jòunes, de la conferenças. Van a l’auberja. Beucòp beven l’aperitiu ensemble, fan a las bolas, au loto, a las cartas. De las tropas de vielhs se permenen en autobús.

Los vielhs cherchen a se far dau ben.

Los jòunes trabalhen per pàiar los vielhs que cherchen a se far dau ben.

Los vielhs son tròp riches, tròp paubres.

Los vielhs riches son aguissables quand son esmalits, esmalits d’estre vielhs, esmalits d’estre esmalits. Garden lurs sòus, lur ben, lo poder, tròp de temps. Saben pas que van morir.

Los jòunes son bolegaires, preissats, impacients. Migren. Vòlen far. Fan sens saber. Aprenen, fan autrament.

Los vielhs son plan uros quand aimen, aiden, mai que an jamai agut le temps d’aidar, d’aimar,

los vielhs, los jòunes, los pitits, los paubres maluros ;

uros d’aimar l’amor.

Los jòunes biquen. Chamgen sovent de bicaire o de bicairitz, daus còps tròp tòst, daus còps tròp tard.

Los vielhs que son vielhs tròben que tot lur pesa. Suefren. Lur taina de morir – o benleu pas.

Los jòunes an totjorn rason, mai que mai quand venen un pauc pus vielhs e que los vielhs son pus au chamin. Quo es mielhs entau.

( Lo texte se pòt contunhar o completar sens fin.)

 

A Javerlhac, lo 10 de setembre de 2023

 

Posté par jpreydy à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 août 2023

LO MARIDATGE DE JAVERLHAC E DE LA CHAPELA EN 1823

LO MARIDATGE DE JAVERLHAC E DE LA CHAPELA EN 1823

Quand Javerlhac e La Chapela se marideren, fai dos cents ans, se coneissian despuei un brave moment, gaire mens de sieis o set segles benleu. Los descendents eslunhats de Gabrielis, lo prumier abitant de Javerlhac a l’epòca gallo-romana, avian pas obludat quante los monges de Sent Robert bastiren ’quela brava chapela e son abadiá. 

Quo era dau temps de la Crosada, que los senhors laissavan lurs sòus a l’Egleisa avant de partir far la guerra en Terra Senta. Damandavan de dire de las messas per lo repaus de lur anma, si per cas tornavan pas. Ne’n faliá, daus sòus, per paiar una egleisa romanica, sas  peiras talhadas, sos chapiteus ornats, son traulatge de chaisne e sa teulada de pitits teules plats. Virada dau costat de Jerusalem, emb son clochier que tucava lo ceu, era bastida per prejar. La gent que donavan lurs sòus, lur talent e lur pena per levar un edifici de pariera beutat, disian la mesma pregiera a lur faiçon. La chapela eleganta plantada sus lo tuquet se vesiá de tot lo país alentorn. Las terras que los monges desboigeren, e que apeleren « Las Abadiás », eran pas las pus meschantas.

Javerlhac se trobava plan benaise dins sa valada risenta au bòrd dau Bandiat. Se cresiá de son brave chasteu, son pijonier e son vielh molin, mai de sas grandas maisons de merchands.  Se carrava plan per sas feiras de Chandeliera que i venian de pertot e que fagueren dire au felibre Aimat Jardric un pauc pus tard :

« O Javerlhac, tu ses lo paradís sus terra ! »

Javerlhac e La Chapela se partatjavan Fòrja Nuòva, a mieg chamin daus dos borgs. Far daus canons per los vaisseus de guerra dau rei de França, quo era quauqua ren ! Tot lo país ne’n veniá pus riche, quitament si copavan tots los eissarts per far lo charbon e desviravan tot lo país per tirar la mina de fer.

La legenda ditz que Javerlhac, un crane jòune òme, e La Chapela, una dròlla plan genta, per mon arma, se fasian amic despuei quauque temps jos los grands papulons au bòrd dau Bandiat. Sent Esteve e Sent Robert troberen que quo era pas bien oneste e zo disseren au bon Diu. Lo bon Diu volguet pas que contunhessan de viure dins lo pechat. Quò fai que passeren los acòrds. Fauguet tota una jornada aus dos curets de las doas paròfias per confessar los nòvis avant la nòça.

 

A Javerlhac-e-La Chapela Sent-Robert, lo 25 dau mes d’aust de 2023

 

PERMENADA A LA CHAPELA

(tirat d'un poema inedit de Jan-Peire Reidi escrich en 2013)

 

La Chapela au bot dau chamin,

Sus lo tuquet au grand solelh,

Quo es la miràudia per los uelhs,

La pregiera dau pelegrin.

 

Es-’la nascuda dau vilatge ?

Dau vilatge es-t-ela la mair ?

Lo país a chaçat los frairs,

Mas a pas perdut lur messatge.

 

Dins la peira daus chapiteus,

Los elefants e lo chavau,

Lo sàvi que donda lo mau,

Leven las anmas vers lo ceu.

 

Mesura d’òme o ben de sent,

Lo chabeç chanta emb lo clochier,

E de l’autar au beneitier,

Nos ven la clardat d’Orient.

 

 

Posté par jpreydy à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 août 2023

RAIBE DE RIU

 

 

 

RAIBE DE RIU

 

« Te compararai pas a un jorn d’estiu ;

Ses plan mai genta e mai moderada. »(1)

 

Un riu parla, chanta, marmusa… Perqué pas lo far bufar, gemar, janglar, sislar ? Lo Riu de mon sovenir, o benleu de mon raibe, ditz ren. Deviá ben se far auvir au saut que era naut de benleu un metre ente tombava dins lo gorg – lo « grand cròs », coma disian los goiats. I peschavam las truchas e la engravissas. Lo saut era-t-eu una gerba d’aiga, un bleston(2), una javela ? Perqué pas una rauba de comunianta ? Non, l’aiga dau riu se pòt comparar a ren ; es un element que a besonh de ren per parlar au còrs e a l’imaginacion.

Jos los vernhes, vese de las tachas rossas de solelh sus lo sable ; trasvese las aranhas d’aiga e las gardeschas. Aiga frescha, tremolanta, sable granulos jos los pès nuds, pitits calhaus rufes, bròchas negras meitat puridas jos la vasa, butidas per los artelhs tendres entraupats. Las alas lentas e legieras d’una domaisela voletegen jusc’au bocin de bròcha mòrta que suert de l’aiga.

Coneissiá pas lo nom dau Riu. Los autres rius que anavan au Bandiat avian un nom : lo Riu dau Pont daus Vernhes, lo Riu de Lombardieras, la Doá… Aviam doas aigas a Vilajalet : lo Riu e lo Bandiat. Dempuei, ai vut son nom sus las cartas : lo Riu de Farjas. L’ivern, per mainatjar l’aiga de la cisterna, surtiam las vachas un còp per jorn per las far beure au riu, manca si la rota era neviada o glaçveirada. I menavam los pinambors per los lavar dins lo lavador. Passavam lo ga par anar a nòstra terra de Mont Julian o ben aus prats de Las Vernhòlas e dau Molin Fanhos. Lo prat daus vesins, sus l’autra riba, valiá gaire mai que nòstra moliera clafida de joncs. Un còp, mon pair i aviá entalhat la charreta charjada de boesc. Los vernhes au bòrd dau Riu e dau Bandiat eran los soles aubres que los meitadiers podian copar sens damandar au patron. Boesc de miséria.

Lo Riu fasiá virar dos molins dins lo temps. Lo pus près de la sorsa, lo Molin Fanhos, ente gardava las vachas, era nonmas « un pilòt de peiras au fons d’un cròs estrech » cubert de romdres jos los fraisses (si ause me citar). Es mencionat sus lo cadastre napoleonian de la comuna de Sent Marçau. Lo vielh corsier(2) que menava l’aiga à la ròda era tarit dempuei un brave moment ; mon pair lo fauchava au dalh. Quo era plan plasent de montar sus los bòrds arrondits, nauts de mai de dos metres, e de tornar davalar a grandas escambaladas. Lo vielh corsier retirava un pauc las pistas de skateboards d’aüei per los goiats.

(Un còp, un descendent eslunhat dau darnier monier, que aviá auvit parlar de l’òbra musicala de Pierre Uga inspirada per mon pitit poema Lo Molin Fanhos(3), me damandet sus internet ente era l’endrech. L’aviá cherchat lo long dau Bandiat. ’Quel òme podiá pas imaginar que los quites rigalhons avian lurs molins, dins lo temps.)

L’autre molin, lo Molin de la Ròsa, se veu en degun luòc sus las vielhas cartas. Era dins lo mesma estat que l’autre. Los Vilajalets avian ’chabat de far tombar los murs venguts dangieros per las vachas e los crestians. Lo corsier e lo molin eran pus nauts que lo riu que còla aura en contrebas ; deviá ben i aver una enclusa amont, pro nauta per far montar lo niveu de l’aiga que anava au molin. Quand pauseren lo chamin de fer, fagueren passar l’aiga jos la vòuta d’un pitit pont. Se raletar de l’autre biais de la linha dins la sorniera dau tunel en sangolhar la gaulha bruna era un pitit desfis per los goiats.

Aura, pus de riu. An tornat far daus estanhs ente eran nòstres prats. I pompen l’aiga per lo bigarroelh. La linha de chamin de fer es barrada dempuei mai de cinquanta ans. Nos en donava daus einuegs, ’queu chamin de fer, quante deviam menar las vachas de l’autre costat ! (« Lo tren es-t-eu passat ? » « L’ai pas auvit. ») ! Fai quauquas annadas, penseren i far una « viá verda », mas los proprietaris volgueren pas.

Ai ’chabat de legir los jornaus e tuat la radio. Barre mon ordinator sus los incendis, la sechiera, l’eschaurament dau climat, Trump, Pótin, los generaus africans, las femnas mautractadas, los coquins e la paubra gent… Me sente coma chafrelhat, un pauc chaulhat. Raibe de l’aiga clara dau riu.

 

A Javerlhac, lo 18 dau mes d’aust de 2023

 

(1)    “Shall I compare thee to a summer’s day?

Thou art more lovely and more temperate.” (William Shakespeare, Sonnet 18)

(2)   Un bleston : un écheveau

(3)   Lo corsier : le bief du moulin

(4)   Lo Molin Fanhos, Jan-Peire Reidi, dins lo recuelh Lo Chamin de la font (2nda edicion, Terra d’Òc, Charreç, 2017). Le Moulin Fagnoux, Peça musicala de Pierre Uga per recitant en òc, piano, flaüta, violon, violoncèlle ; creacion lo 30/05/2010 a Javerlhac, recitant : Micheu Nicolas

Posté par jpreydy à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 août 2023

FRATERNITAT A TAULA

 

 

Quante menava mos elevas de prumiera aus Estats-Units dins las annadas 1980-90, la collega americana que s’ocupava de l’eschamge de son costat sabiá – o cresiá – que los Francés avian l’abituda de se sietar a taula per minjar ensemble en familha. Quò fai que damandava a los que reçabian los dròlles e las dròllas de nòstre liceu de far au mens un repas per jorn, lo dejunar o lo sopar, tots ensemble, per dire de « los pas despaïsar ».

 Dins quauquas familhas tradicionalas, avant de començar de minjar, se tenian tots per la man sietats, testa baissada, autorn de la taula dau temps que quauqu’un disiá lo benedicite. Un còp que avian escoltat ’quelas paraulas de pietat e de bona volontat, disian tots « Amen », coma nautres disem « Bon apetis ! ». Dins d’autras familhas, podian pas comprener çò que ma collega lur damandava. Fasian jamai de cosina : riscavan pas de chaulhar lurs bravas cosinas ultramodernas ! Quand tornavatz l’enser sus las cinc-sieis oras, ne’n trobavatz totjorn un esvenlat sus lo canapè davant la television, que ’chabava de minjar tot sol dins de las boitias de polistirene de la besunha sens nom ’chaptada dins quauque MacDo en chamin. Degun s’ocupava daus autres, e laissavan mos paubres dròlles crebar de fam, mai que mai las dròllas timidas e bien educadas que ausavan pas damandar. Mas urosament, aus Estats-Units, lo monde son pas chins ; quand ma collega zo lur disiá, donavan daus sòus aus goiats e a las goiatas per se ’chaptar de que minjar. Donavan  tròp de sòus ; ne’n restava per pàiar los jeans e las casquetas de beisbòl !

En Anglaterra, quo es ilhs, los Anglés, que vos fan pàiar. Mai avetz pas mestier de vos desbotonar ! Tot vòtre repas chabis dins una sola sieta : una pita saucissa que i a meitat pan dedins, un pitit bocin de lard que òm veu lo fons de la sieta a travers, un uòu fricassat benleu, quauques peseus gròs e durs, una pita talha de pan de mija sens sabor, pas de vin… E vos fan minjar tot sol a taula. Non, quo es pas un disnar perigòrd ente setz gaitats per la chauchavielha, coma dins lo conte de Daniel Chavaròcha.

Ai beu saber e comprener que los autres an pas las mesmas costumas que nautres, sei chucat quand vese de la gent que semblen rencurar çò que fan minjar aus autres. Parier coma los que fan coma tot lur es degut, que se conviden e que ’rieben sens ren, mai daus còp que se plànhen si an pas çò que lur fai plaser. Me sei damandat si la valor sociala dau beure e dau minjar partatjats eran pas diferents dins los país protestants e dins las civilizacions d’eiretatge catolic, ente l’eucaristia – la comunion emb lo pan e lo vin – a pas lo mesma contengut espirituau e la mesma importança. Mas deve dire que ai conegut daus Anglés plan generos e de servici en Anglaterra, e daus Americans plan plasents e convidants dins lo Midwest – l’Oest Mejan ente òm tròba los rednecks (toirauds) que sostenen Trump. Mai que son pas vegetarians ! Vos dobtatz ben que parlavam pas de politica !

Me rapele que, quante era pitit, si quauqu’un veniá chas nos, lo laissavam pas partir sens « prener quauqua ren ». Si eram a taula, lo convidavam : « Ne’n voletz-vos coma nautres ? ». Un còp que un òme venguet per veire mon pair e que m’avian laissat tot sol a la maison – l’estiu se levavan dabora per anar trabalhar a la frescha – lo faguí entrar, surtí dau gabinet lo chanteu, la topina de grilhons e la botelha de vin estamnada, e fuguí plan deçaubut de veire lo visitaire inconegut refusar en risent. Chas nos eran de « brava gent ».

E dire qu’aüei, dins quauquas comunas alentorn, los abitants son organizats per prevenir la gendarmariá si vesen un estrangier un pauc moricaud ! Eram loenh de pensar que siriam oblijats d’aver una alarma que eissaurelha los vesins e nos telefòna còp sec si quauqu’un entra dins la maison quand i som pas !  

Diu mercés, los amics occitans an pas perdut la costuma de partatjar daus repas « tirats dau sac » o, de preferéncia, dau panier e de la glaciera !

 

A Marennes, lo 11 dau mes d’aust de 2023

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par jpreydy à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2023

D'OÙ VIENNENT LES NOMS DE NOS VILLAGES ?

 

 

D’OÙ VIENNENT LES NOMS DE NOS VILLAGES ?

 

COMMUNE DE JAVERLHAC

 

 

 

 

 

EN FRANÇAIS OU EN OCCITAN ?

 

 

 

Depuis le paléolithique et le néolithique, tous les peuples qui ont occupé durablement le territoire de la commune ont laissé leurs traces dans les noms de lieux : les Celtes (Gaulois), les Romains, les Germains (Wisigoths et Francs), et enfin les Français du nord, dont la langue a fini par s’imposer face à l’occitan.

 

Tous les noms de nos villages sont occitans à deux ou trois exceptions près. L’occitan est « la langue du pays ». Le premier poème en occitan ancien qui nous est parvenu date du tout début du XIe siècle. Le français est une langue d’introduction relativement récente. L’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui rendait obligatoire le « langage maternel français » pour remplacer le latin dans les actes officiels, fut signée par François Ier en 1539. Jusqu’aux années 1960-1970, tout le monde parlait « patois » dans les campagnes.

 

Précisons tout d’abord qu’en occitan, un village (vilatge) est ce qu’on appelle en français un hameau. Javerlhac est un bourg (un borg) ; il ne viendrait à l’idée de personne au pays de dire que c’est un vilatge. Un bourg a sa mairie, son école, ses commerces.

 

 

 

LES BÂTIMENTS

 

 

 

Non, les bâtisseurs de La Chapelle-Saint-Robert (La Chapela Sent Robert) au XIe siècle ne parlaient pas français, langue qui, en réalité, n’existait pas encore. L’occitan était la langue de Guillaume IX, duc d’Aquitaine, qui fut le premier troubadour, de sa petite-fille Aliénor d’Aquitaine, qui fut successivement reine de France et d’Angleterre, ainsi que de son arrière-petit-fils Richard Ier Cœur de Lion, roi d’Angleterre. En occitan, on dit simplement La Chapela et en français La Chapelle.

 

La Cour (La Cort) est mentionnée dans un document du début du XIIIe siècle ; « mas (ferme) de la Cort ». Du latin curtis, (de cohors : « avec jardin clos »). 

 

Le nom de Forgeneuve (Fòrja Nuòva) porte peut-être la marque francophone de son ancien propriétaire, le marquis de de Montalembert (1714-1800). Fòrja se dit bien en occitan, mais la forme la plus répandue dans les environs  est farja. On trouve des noms de villages comparables dans les communes environnantes : Les Farges (commune d’Hautefaye), La Farge (Connezac), Fargeas (St Martial de Valette), etc. vestiges toponymiques d’une industrie du fer florissante dans la région, en particulier sur la commune, jusqu’à la deuxième moitié du XIXe. Farja et fòrja viennent du latin fabrica.

 

La Forge de La Chapelle-Saint-Robert : La Fòrja de la Chapela.

 

La Grande Métairie est La Granda Meitadariá (*meitadorio ou *meitadario) en occitan. 

 

Le Logis, est un manoir construit à la fin du XIXe. La langue des propriétaires et premiers occupants était probablement le français.

 

Le Maine (Lu Maine), du latin mansio. Aujourd’hui, le nom désigne souvent un petit hameau. Le nom de famille Dumaine est assez fréquent dans la région. Le Meynissou (Lu Mainisson) est un diminutif avec une connotation péjorative : une petite habitation de rien du tout ! Mas et maine sont l’un et l’autre présents dans la toponymie occitane – par exemple on trouve Lu Mas de la Ròcha près de Nontron –, mais maine est plus fréquent en Périgord. Mas, maine, maison sont dérivés du verbe latin manere (rester, demeurer)

 

Le Maine Chambard (Lu Maine Chambard) porte le nom de quelqu’un qui avait de longues jambes (chamba).

 

 

 

 

 

 

 

LA TERRE, LA PIERRE, LE RELIEF

 

 

 

Les BadiasLas ’Badias (prononcé *lèbadiè), au pluriel, désigne les terres de l’abbaye (l’abadiá) de La Chapelle Saint-Robert. L’Abadias a été compris comme Las Badias, à une époque où l’article las ne se disait pas encore *lès. On trouvera peut-être une autre segmentation erronée comparable dans Les Chenauds.

 

Chantegros est un nom fort intéressant à étudier. En occitan, Chantagreu, signifie littéralement « Chante Grillon » (un greu : un grillon). Cette interprétation n’est pas à écarter, mais les toponymistes en proposent une autre plus surprenante.Chantagreu (« chante grillon »), serait composé de deux éléments pré-indoeuropéens, c’est-à-dire antérieurs à l’arrivée de Gaulois, vers –500 av. J.-C. : *KANT (pente) et *GR- dérivé de *GAR, lui-même variante de *KAL (pierre, notion de dureté). La géologie du lieu semble correspondre à cette interprétation.

 

D’autres toponymes en « Chante- », en dehors de la commune, s’expliqueraient de la même manière. Chantemerle : peut-être de KANT (pente) et MER-L (rocher), cf. gaulois *margila, oc. marla (terre argilo-calcaire). Chanteloube(Chantaloba) *KANT (pente) et *LU(P) (pierre), variante vocalique de *LAPP (bosse, excroissance). 

 

Les noms de lieux, eux-aussi, montrent que l’occupation humaine dans la commune ne date pas d’hier. 

 

Les Pelades (Las Peladas) : « une pelade », de pelar (peler), est une pelouse calcaire, souvent une pente dénudée où poussent quelques genévriers, églantiers ou chênes rabougris. Avec l’agriculture moderne, le paysage peut changer.

 

Puy, Pueg prononcé *pei, *piei (Pueg ’Gut : Piégut), *puei, *pi… est un élément que l’on rencontre très fréquemment dans les noms de lieux des régions occitanes, et même en dehors, sous des formes diverses : Pech, Puech, Pouy, Peu, Pey… Il nous est venu du grec podion par le latin podium. Il peut désigner une éminence de hauteur très variable : l’altitude de Puymoger n’est pas comparable à celle du Puy de Sancy ! Pueg est à l’origine de nombreux noms de famille, parmi lesquels Dupuy et Delpech. On le retrouve dans Puymoger (Pueg Maugier prononcé *pei mooudgié), composé de pueg et du nom de famille Maug(i)er, d’origine germanique. Là non plus, le village n’est pas nouveau, car il est mentionné dans un document du XIIe siècle sous le nom de Poi Amaugier.

 

Le nom Pic Pérou (Pica Peron, prononcé *picoperou, littéralement « pique poire ») semble bien être une déformation facétieuse de Pueg Peiros, colline caillouteuse, comme le suggère le terrain.

 

Les Termes, à ne pas confondre avec les thermes des Romains. En occitan, un terme, du latin populaire *termitem, est un tertre, souvent très escarpé ; et c’est bien le cas ici.

 

 

 

L’EAU

 

 

 

Les Chenauds (Las Chanaus, prononcé *lètsanaou). Chanau, nom masculin ou féminin,  le chenal, fossé, conduite d’eau, vient du latin canalis. En effet, la Toulanche (la Tolencha) est un fossé creusé en contrebas du village pour faciliter l’écoulement des eaux d’un ruisseau. Le nom Toulanche, d’origine gauloise, est lui-même intéressant (cf. La Touvre, le Toulon à Périgueux, Toulon). La Chanau est à rapprocher de Lacanau (La Canau), en Gironde. 

 

La forme du pluriel Les Chenauds / Las Chanaus peut surprendre car, à ma connaissance, on ne trouve qu’un seul « chenal » à proximité du village. Il pourrait s’agir d’une segmentation erronée de l’achanau, forme alternative de la chanau (cf. Las ’Badias)

 

Font Jean (Font Joan)figure sur les cartes en contrebas de Tassat, à proximité du ruisseau de la Doue (La Doá). Una font est une fontaine ou une source.

 

Le Grand Lac (Lu Grand Lac)Un lac est une mare, en réalité un simple trou d’eau où affleure la nappe phréatique. Sur la Carte de Cassini, le lieu est noté Mine de Fer. Le minerai extrait dans la « ferrière » près de la maison était probablement lavé dans le « lac » avant d’être transporté à Forgeneuve.

 

Quant aux moulins (Le Moulin de Chez BertrandLu Molin de Chas Bertran), ils étaient innombrables tout le long des cours d’eau.

 

 

 

 

 

LA VÉGÉTATION

 

 

 

 Le lieu-dit « Les Brousses » (endroit broussailleux) a un nom quasiment identique en français et en occitan (Las Brossas) de même que La Petite Forêt (La Pita Forest), Le Buisson (Lu Boisson, prononcé *boueissou), Les Brandes (Las Brandas), ou encore Les Landes (Las Landas). Des noms comme Les Brandes, Les Brousses, Les Landes, Les Pelades montrent bien qu’il n’y avait pas que des bonnes terres agricoles dans la commune.

 

Le toponymiste Jean-Louis Lévêque me fait remarquer que le mot français brousse vient de l’occitan brossa. Il est revenu en métropole après un détour par les colonies où des Occitans l’avaient exporté.

 

Les Céseilles (Las Ceselhas) est peut-être formé à partir du nom d’une culture : lo cese : le pois chiche. On dit plus volontiers lo peseu  le petit pois. Le suffixe -elhas a une valeur péjorative collective. À moins qu’il s’agisse de Las Senzilhas : les mésanges, mais c’est moins probable.

 

Les Eyssarts (Los Eissarts) désignait une terre récemment déboisée ou en cours de déboisement pour être mise en culture, un taillis, un essart.

 

La Fayolle (La Faiòla) est un bois de hêtres. Le mot fau, faiard (le hêtre) vient du latin fagus. La terminaison -òla a une valeur diminutive : le petit bois de hêtres. À rapprocher de Auta Fàia (Hautefaye) : hêtraie de haute futaie. Le hêtre devait être une essence beaucoup plus répandue qu’actuellement dans la région. Il fut supplanté par le chêne, qui servait comme bois de construction, et le châtaignier, utilisé en autres pour la fabrication du charbon de bois nécessaire aux « forges ». 

 

Le Gros Chêne (Lu Gròs Chaisne) En occitan local, chêne se dit chaisne, mais ailleurs, ce peut être chassanh, casse, jarric, d’où des noms de famille comme Chassain, Ducasse, Jarry.

 

Pys (Pins) : En occitan local d’aujourd’hui, un pin se dit un pinhier, mais un mot plus ancien est un pin, prononcé *pi avec un i bref. Au pluriel, pins se dit *pî, avec un i long. On retrouve pin dans le nom de famille Delpy (Delpin) qui correspond à Dupin.

 

À ce propos, Saint-Martin-le-Pin devrait être orthographié Saint-Martin-le-Peint (Sent Martin lu Pench), comme sur les cartes anciennes, par référence à une statue peinte de Saint Martin qui devait se trouver dans l’église. En fait, les gens du pays disent simplement Sent Martin, prononcé *sinmarti.

 

Ville de Bost (Vila de Bòsc) est composé de villa (domaine agricole à l’époque gallo-romaine et ultérieurement) et du terme occitan bòsc, prononcé *bô (un bòsc est un bois, un bosquet, localement une châtaigneraie). Le mot bòsc vient du germanique, par le bas-latin boscus. Il est à l’origine de nombreux noms de famille (Dubosc, Dubeau…) et noms de lieux (Boredon, Bòsc Redond signifie « bois rond »). 

 

 

 

LES PERSONNES

 

 

 

De très nombreux noms de lieux sont formés à partir de noms de personnes, ou sont des noms de personnes, sans qu’il soit toujours possible de savoir lequel a précédé l’autre.

 

Frugier (maison longtemps abandonnée aujourd’hui rasée) est un nom de personne d’origine germanique Frodgari.

 

Les Gardechoux (Los Gardeschons prononcé approximativement *gardeitsou) vient sans doute du nom occitan la gardescha qui désigne le petit poisson de rivière qu’on appelle « le vairon » en français. Peut-être, à l’origine, s’agissait-il d’un sobriquet donné à une personne qui avait des yeux de couleurs différentes ou marqués de petits points, comme la « gardèche ». À rapprocher du nom de famille Bayrou (Vairon) en gascon béarnais.

 

La terminaison -on prononcée *ou sert à former des diminutifs, que les savants appellent hypocoristiques, comme Ricon/Ricou pour Enric/Henry, Calon/Calou pour Pascal… Ici, la terminaison a une valeur un peu péjorative.

 

Le Grand Gillou, Le Petit Gillou (Lu Grand Gilon, Lu Pitit Gilon) Gilon est le diminutif de Gil, Gili (« Gilles » en français). « Le Petit » et « Le Grand » permettaient de distinguer deux villages voisins. Les habitants du Grand Gillou disent simplement : Lu Gilon. On a aussi Les Chenauds et Les Petites Chenauds (Las Pitas ’Chanaus), deux ensembles d’habitations distincts peu éloignés l’un de l’autre.

 

Javerlhac (Javerlhac prononcé *javarlia), notre bourg, a gardé sa graphie occitane mais, contrairement à Milhac et Jumilhac, il a perdu sa prononciation *-lia en français. Je me souviens, quand j’étais enfant, avoir entendu une personne âgée (Gaston Belly, pour le nommer) prononcer régulièrement *Javerliac, comme on devrait le dire encore aujourd’hui. Le regretté Marcel Belly disait que c’était la faute des Charentais francophones employés du chemin de fer qui annonçaient : « *Javerlac » sans mouillure du l.

 

Le nom vient du premier occupant (Gabrelius) suivi du suffixe gallo-romain -acum. Javerlhac signifierait donc « Le domaine de Gabrelius ». Gabrelius viendrait du mot « chèvre » en gaulois (gavros), comme Chabrol, issu de chabra, en occitan.

 

« Les noms en -ac » sont très nombreux dans les Charentes, en Périgord, en Auvergne, et en dehors, mais très rares en Provence et quasi inexistants en Gascogne. En Limousin ils s’orthographient souvent -at. Ce sont des endroits qui datent de l’époque gallo-romaine, c’est-à-dire entre le Ier et le Ve siècle. Plus au nord, on trouve selon les régions les terminaisons -ay, ‑y, -ey, ce qui aboutit à des noms de même origine mais de forme différente comme Vitrac-Vitry, Milhac-Milly, Savignac-Savigny, etc.

 

De même, Tassat (Taçac) est peut-être formé à partir de Tacitus ou *Tacius suivi de -acum. Un autre village très ancien !

 

 

 

La même façon de créer un nom de lieu habité en ajoutant un suffixe à un nom de personne, avec ou non l’article la/las, se retrouve à l’époque occitane, du XIe siècle à nos jours. Ce sont les terminaisons -ia (-ie), -ias (-ies), -ariá (-arie), -iera(-ière), -ieras (-ières). Jean-Louis Lévêque fait remarquer que -ieras sert à former directement unn nom de lieu sur un nom de personne, le suffixe -iá indiquera un nom de ferme.

 

La Ménardie (La Mainardiá prononcé *meinardio, la ferme de Mainard). Mainard est un nom de personne d’origine germanique (magin : fort ; hard : dur). De même que Richard (ric : puissant ; hard : dur) : La Richardière (La Richardiera).

 

Mainard devait être un nom assez répandu car on trouve Ménardière (La Mainardiera) à l’autre extémité de la commune.

 

Guétières (Gaitieras prononcé *gueitiérè) est vraisemblablement formé sur le nom de personne Guetier ou *Gaitier. S’agirait-il d’un nom formé sur gaitar : guetter ? L’hypothèse d’une origine ga : gué, du latin vadum, en supposant l’existence ancienne d’un gué sur le Bandiat tout proche, assez séduisante, est moins probable.

 

Jomelières (Jaumelieras prononcé *dzooumeliérè) est formé sur le nom occitan Jaume : Jacques. Jaumeu/Jaumel est un diminutif de Jaume (Petit Jacques). Lo Chamin de Sent-Jaume, c’est « Le Chemin de Saint-Jacques », ou La Voie lactée. Sur la carte de Cassini, le nom du village est orthographié correctement : Jaumelières.

 

Les gens du pays appellent ma maison La Mercière, du nom de mes ancêtres qui l’ont bâtie au XIXe, les Mercier. Sur les actes, c’est « Le Grand Lac ».

 

 

 

Les noms de lieux-dits du type Chez + nom de personne sont un peu moins fréquents ici qu’en Charente, mais nous avons Chez Joly, Chez MarronetMarronet est un diminutif qui vient du nom germanique Agimar à l’origine d’Aymar, Marot, etc.

 

Chez Joly (Chas Jalin). En occitan, « joli » se dit gente ou brave, mais il s’agit probablement du nom de personne Jalin (prononcé *dzali) sur le mot jau : coq. La préposition chez/chas vient du latin casae, littéralement « à la maison ».

 

Chez la Belle (Chas la Bela) Beu/bela qualifie une personne de taille imposante, ce qui n’exclut pas la beauté ! Le nom laisse penser qu’il s’agissait exceptionnellement de la propriété d’une femme.

 

 

 

Ces noms de villages et lieux-dits sont la mémoire du pays. Il faut les garder, les faire figurer sur les nouvelles adresses, conserver les panneaux à l’entrée des villages. Effacer volontairement des mémoires ces noms que l’ignorance nous fait trouver ringards ou rustauds, pour les remplacer par des appellations mièvres et étrangères au terroir, est pour moi une forme de vandalisme. C’est la mémoire du lieu qui disparaît. Effacerait-on des peintures ou gravures préhistoriques sur les parois des grottes ?  Notre patrimoine linguistique, dont les toponymes font partie, est un bien infiniment précieux, irremplaçable.

 

 

 

 

 

Quelques ouvrages consultés :

 

 

 

Le nom occitan des communes de la Dordogne. Travaux de Jean-Louis Lévêque et Jean Roux. Site https://communes-oc.dordogne.fr

 

Dictionnaire toponymique des communesz de Dordogne, Jean Roux, IEO – Novelum – Lo Congrès, 2000)

 

Dictionnaire toponymique de la Haute-Vienne, Yves Lavalade (Lucien Souny, 2000)

 

Dictionnaire occitan-français, Etymologies occitanes, Yves Lavalade (Lucien Souny, 2003)

 

Dictionnaire des noms de personnes, Yves Lavalade (Lucien Souny, 2004)

 

Petit manuel du toponymiste occitan, Jean Rigouste (Novelum – IEO Perigòrd, 2022) (Titre bien modeste pour un ouvrage aussi remarquable et aussi précieux !)

 

Espinguelebre et autres lieux, Jean Roux, Novelum - IEO Perigòrd 2023 (4e édition)

 

Chroniques toponymiques de Jean-Claude Dugros paraissant régulièrement sur le site Rubrica en òcoccitan.blogspirit.com et de Jean Rigouste dans la revue Paraulas de Novelum.

 

Dictionnaire occitan-français Dicod’Oc sur le site https://www.locongres.org

 

Article Suffixe -acum dans Wikipedia.

 

Conférence par M. Armand Affagard du 6 juillet 2023 au Groupe de Recherches Historiques Nontronnaises s’appuyant sur un acte du début du XIIIe transcrit par Camille Chabaneau, où sont énumérées les dépendances de Guillaume de Magnac. On y retrouve les noms de Javerlhac et de deux ou trois lieux habités de la commune.

Plan cadastral (cadastre.gouv.fr)

Cadastre napoléonien (archives.dordogne.fr) 

Carte de Cassini (à utiliser avec précaution : certains toponymes sont inexacts, d’autres n’existent pas, ou n’existent plus, et Le Bandiat y est remplacé par La Tardoire !) geoportail.gouv.fr

Cartes IGN 1832 est, 1832 ouest : fiables et précises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Posté par jpreydy à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,